Toux de la coqueluche

Sommaire

 

La coqueluche est une maladie très contagieuse et difficile à diagnostiquer. Elle touche les adolescents ou les adultes qui ne sont plus protégés par le vaccin qu'ils ont reçu dans leur enfance. Il faut souligner que le vaccin perd rapidement son efficacité, qui n’est plus que de 84 % environ deux ans après la première injection, de 62 % cinq ans après et enfin de seulement 41 % huit ans plus tard.

Ils risquent alors de contaminer des nourrissons, particulièrement vulnérables face à cette maladie. La coqueluche se caractérise par des quintes de toux très spectaculaires. Nous faisons le point.

Coqueluche : une maladie bactérienne

La coqueluche est une maladie causée par une bactérie, Bordetella pertussis. Après inhalation de gouttelettes de salive contaminée, le microbe se loge au niveau de la muqueuse de la trachée et des bronches.

Il s'y multiplie et produit une toxine, responsable de la maladie. La coqueluche est donc une maladie toxi-infectieuse.

Bon à savoir : d'un point de vue étymologique, « pertussis » signifie « toux sévère ».

À noter qu'il existe une coqueluche à Bordetela parapertussis, beaucoup plus rare.

Diagnostic de la coqueluche

La culture reste la technique microbiologique de référence pour effectuer un diagnostic de coqueluche évolutive devant une symptomatologie clinique évocatrice (la sérologie n’est plus utilisée pour le diagnostic de routine de la coqueluche). Les isolats doivent être adressés au Centre national de référence de la coqueluche pour des investigations complémentaires (typage et détermination de la sensibilité aux antibiotiques).

Toutefois, les tests PCR constituent la technique diagnostique à utiliser en pratique courante du fait de la rapidité d’obtention du résultat. Ils permettent de détecter à la fois B. pertussis et B. parapertussis.

Source : Avis relatif à la conduite à tenir autour d’un ou plusieurs cas de coqueluche. Haut Conseil de la santé publique (HCSP), 18 novembre 2022.

Caractéristiques de la toux de la coqueluche

Le principal symptôme de la coqueluche est la toux :

  • elle se manifeste dès le début de l'infection ;
  • elle est plus fréquente la nuit ;
  • elle est évolutive : sèche pendant la première semaine de la maladie, elle devient ensuite quinteuse et productive ;
  • elle se prolonge sur plus de trois semaines.

Des quintes de toux particulières

Les quintes de toux de la coqueluche apparaissent sous la forme :

  • De 5 à 20 secousses respiratoires.
  • Suivies d'une apnée, qui peut se traduire par une cyanose (teinte bleutée au niveau du visage).
  • Puis d'une inspiration qui s'accompagne d'un son particulier, un sifflement rauque évoquant le chant du coq. Ce cycle se reproduit plusieurs fois de suite et aboutit à l'expectoration de glaires, avec parfois des vomissements.

Elles surviennent spontanément ou sont déclenchées par différents facteurs : rires, examen de gorge, prise alimentaire, effort, changements de température, etc. :

  • Elles s'accompagnent de pétéchies, petites taches rougeâtres qui apparaissent au niveau du cou.
  • Entre deux crises, le patient ne tousse pas. Le nombre de crises quotidien est variable, deux à trois chez les adultes, jusqu'à une dizaine chez les enfants.
  • La maladie dure en moyenne six semaines, mais se prolonge jusqu'à trois mois dans les cas les plus sévères.

À noter : plusieurs mois, voire plusieurs années après la guérison, les quintes de toux typiques de la maladie peuvent resurgir, lors d'une infection respiratoire bénigne : on parle de « tics coqueluchoïdes ».

Coqueluche chez le nourrisson

Chaque année, en moyenne, 200 à 600 cas de coqueluche sont identifiés chez des nourrissons. Ils sont généralement contaminés par des adultes de leur entourage, porteurs de la maladie, parfois sans le savoir.

Elle nécessite la plupart du temps une hospitalisation, car elle risque d’entraîner chez ces patients fragiles des complications respiratoires et parfois neurologiques. Cette maladie est la troisième cause de décès chez le nourrisson suite à une infection bactérienne, et certains cas de mort subite du nourrisson lui seraient attribuables.

Depuis 2022, la vaccination contre la coqueluche chez la femme enceinte est recommandée à partir du deuxième trimestre de grossesse, en privilégiant la période entre 20 et 36 semaines d’aménorrhée, afin d’augmenter le transfert transplacentaire passif des anticorps maternels et d’assurer une protection optimale du nouveau-né.

Bon à savoir : les enfants allaités ne sont pas protégés de la maladie, même si leur maman y a été exposée et possède les anticorps de protection.

À noter : depuis le 6 juin 2016, les sages-femmes peuvent vacciner l'entourage de la mère et du nouveau-né, dès la grossesse et pendant les huit semaines qui suivent l'accouchement. L'arrêté du 10 octobre 2016 fixe la liste des vaccinations possibles, dont celles qui visent à lutter contre la coqueluche. Depuis le 1er janvier 2018, la vaccination des nourrissons contre la coqueluche est obligatoire dès l'âge de deux mois.

Lire l'article

En savoir plus sur la toux grâce à nos contenus :

Ces pros peuvent vous aider