Toux et cancer

Sommaire

Il peut exister un lien entre toux et cancer, notamment lorsqu'elle s'associe à d'autres symptômes particulièrement alarmants :

Toux et cancer : comment faire le lien ?

Tousser n'est pas un symptôme suffisant pour évoquer un cancer des voies aériennes. Cela affecte la santé pulmonaire, mais pour que soit posé un tel diagnostic, d'autres éléments doivent être retrouvés, comme :

  • une fatigue importante qui n'a pas d'explication logique évidente ;
  • une perte de poids notable sans qu'il y ait eu de modification du régime alimentaire ;
  • une modification de la tonalité de la voix, en particulier si celle-ci est enrouée ;
  • une douleur thoracique ;
  • des difficultés respiratoires.

Pour qu’elle soit significative, il doit s'agir d'une toux chronique, parfois accompagnée d'expectorations sanguinolentes.

Cancers dans lesquels se retrouve la toux

Elle fait partie des symptômes présents dans plusieurs cancers qui touchent les voies aériennes supérieures :

  • cancer du poumon ;
  • cancer des bronches ;
  • cancer de la gorge.

Associée à certains des symptômes qui viennent d'être cités, elle constitue un bon indicateur précoce du cancer. En fonction de ses caractéristiques et des éléments annexes, il est possible de déterminer de quel cancer il peut s'agir.

En général, ces cancers surviennent chez des fumeurs, d'autant plus si ceux-ci consomment de l'alcool en sus (le risque de développer un cancer est alors 100 fois plus élevé).

Cancer du poumon

Lorsqu'un cancer du poumon se déclare, il arrive que ses symptômes ne puissent être décelés.

Lorsqu'il y en a, les patients peuvent observer :

  • une toux du fumeur : une toux chronique, intensive, qui n'a pas tendance à diminuer ou à disparaître, mais qui, au contraire, tend à s'aggraver malgré les traitements habituels ;
  • une douleur thoracique constante qui augmente en cas de toux ;
  • des crachats sanglants ;
  • une tendance aux pneumopathies (bronchite, pneumonie...) ;
  • une respiration sifflante ;
  • un essoufflement ;
  • une voix enrouée pendant au moins trois semaines.

Le diagnostic du cancer du poumon peut nécessiter une radiographie pour détecter d’éventuelles tumeurs. Une TDM, un examen des cellules du parenchyme pulmonaire et une biopsie peuvent être requis. Ces analyses suivent la définition du stade du cancer en fonction de la taille de la tumeur, la présence de métastases et l’atteinte des ganglions lymphatiques.

Les traitements incluent la radiothérapie, la chimiothérapie, la prise de médicaments ciblés et la chirurgie. Des soins palliatifs seront réalisés en fonction du stade de la maladie pour améliorer la qualité de vie du patient.

Remarque : Le cancer de la plèvre est marqué par une difficulté respiratoire particulièrement marquée et des douleurs à la base du thorax qui ne cèdent pas aux antalgiques.

Cancer des bronches

Le cancer des bronches va progressivement diminuer le calibre des bronches. C'est ce mécanisme qui donne les symptômes caractéristiques de ce cancer :

  • toux sèche et chronique ;
  • toux en quintes qui ne cède pas aux médicaments antitussifs habituels (à ne pas confondre avec la bronchite chronique qui est généralement liée) ;
  • infections broncho-pulmonaires répétées ;
  • douleurs thoraciques ;
  • gêne respiratoire ;
  • crachats de sang.

D’une part, le cancer bronchique à petites cellules est très agressif, avec une propagation rapide. D’autre part, le cancer bronchique non à petites cellules est plus lent, mais attaque d’autres parties du corps en dehors du thorax. Le carcinome bronchique, généralement associé au tabagisme, entraîne la formation de tumeurs dans les voies respiratoires principales. Il peut les obstruer puis induire une irritation persistante. Le carcinome épidermoïde et le carcinome à grandes cellules sont les variantes les plus fréquentes de ce type de cancer. Le traitement du cancer bronchique dépend du stade de la maladie et des mutations des cellules cancéreuses.

Remarque : Le cancer broncho-pulmonaire touche à la fois les bronches et le poumon. Il débute généralement au niveau des bronches avant de s'étendre au(x) poumon(s).

Cancer de la gorge

Le cancer de la gorge se caractérise par :

  • une toux (parfois accompagnée de crachats sanglants) ;
  • une dysphonie (modification de la voix qui devient rauque et s'enroue) ;
  • une douleur au niveau du cou et une déglutition douloureuse ;
  • des ganglions enflés ;
  • une respiration difficile.

Le dépistage précoce : crucial pour la survie

Le dépistage précoce des cancers des voies respiratoires optimise l’efficacité du traitement. Il permet un diagnostic à un stade où les chances de guérison sont plus élevées. Le tabagisme étant le principal risque de ce type de maladie, l’arrêt du tabac est la première solution préventive à adopter. Les fumeurs de longue date, dont la santé est susceptible de se détériorer rapidement, doivent effectuer une routine de dépistage par TDM.

 En conclusion :

  • Un cancer est suspecté de manière précoce lorsque la toux est particulièrement significative. Les patients qui toussent de manière chronique avec des crachats sanguinolents ou une pathologie pulmonaire nécessitent une surveillance médicale.
  • Les symptômes peuvent indiquer divers cancers des voies respiratoires tels que le cancer du poumon ou bronchique. Ils peuvent également être un signe de détérioration des cellules de la gorge.
  • Les patients devront être immédiatement pris en charge pour une radiothérapie, une TDM ou la chimiothérapie pour le traitement.
  • Pour éviter de développer une toux liée au cancer, il faut arrêter le tabagisme et adopter un mode de vie sain. Les personnes exposées à la fumée depuis une longue durée pourront compter sur le dépistage pour une prise en charge à temps.

Ces pros peuvent vous aider